Huitième puis brillant deuxième en qualifications, cinquième puis quatrième en courses lors d’un premier meeting renforcé par la présence de quelques pointures européennes évoluant hors championnat, Gilles Magnus n’a pas raté son entrée en matière en Formula Renault 2.0 Northern European Championship. A l’issue de ce premier meeting tardif à Monza, le jeune Anversois mène même la compétition NEC.

« Je peux effectivement être satisfait de cette première même si tout n’a pas été parfait, » explique le pilote R-Ace GP. « Lors de la première qualification, le team a décidé de nous faire attendre puis partir  directement en pneus neufs. On a dès lors manqué un peu de rythme par rapport à ceux partis en vieilles gommes puis rentrés chausser le train de qualif. Le drapeau rouge ne nous a pas aidés non plus. Je n’étais pas content avec ma 8e place. »

© 2017 Klaas Norg / Dutch Photo Agency.

Cela s’est heureusement nettement mieux déroulé pour le Belge lors de la deuxième séance où il a décroché le deuxième meilleur temps, à deux dixièmes seulement du Français Gabriel Aubry. « Pas mal car Aubry a signé la pole sur ce circuit lors de l’Eurocup. Avec le même écart, j’aurais pointé au 4e rang sur la grille de l’Eurocup. »

La preuve que le niveau de la Formula Renault NEC est plutôt élevé et que Gilles est tout à fait dans le coup : « En première manche, j’ai pris un départ prudent car je sais que cela se bouscule souvent à la première chicane à Monza. Et effectivement, mon équipier Charles Milesi s’est accroché ce qui m’a d’emblée fait gagner deux places. J’ai doublé un autre concurrent et je me suis retrouvé P5 à la fin du premier tour. »

Sa position également à l’arrivée… « Je suis passé P4 à un moment. J’avais une très bonne vitesse. Durant deux tours, j’étais le plus rapide en piste. Je remontais sur Bartek Mirecki. Hélas, après l’intervention de la voiture de sécurité, j’ai été confronté à des soucis de freins ce qui m’a fait faire un plat dans les pneus et m’a obligé à me contenter de la 5e position »

© 2017 Klaas Norg / Dutch Photo Agency.

Deuxième sur la grille de la joute dominicale, le champion de France F4 a pris un bon second envol : « J’ai peut-être commis une erreur stratégique en tentant d’attaquer d’emblée le leader Aubry au freinage de la 2e chicane. Je me suis dit que c’était ma seule chance. J’ai essayé de lui faire l’extérieur comme je l’avais réussi la veille face à des concurrents moins expérimentés. Mais il m’a tassé et obligé à prendre l’échappatoire ce qui m’a fait perdre deux places. »

Quatrième, Gilles remontait un instant sur le podium avant de commettre une petite erreur suite au même problème – peu commun – dont a été victime Lewis Hamilton dimanche dernier à Bakou. « Ma protection au niveau de la tête s’est détachée et touchait ma main à chaque fois que je tournais à gauche. Cela m’a perturbé et j’ai commis une petite faute. Mon équipier Michael Benyahia en a profité pour me doubler et terminer troisième. Je n’étais pas très heureux mais j’ai retrouvé le sourire quand on m’a appris que j’occupais la tête du championnat NEC. Vivement la prochaine, début août à Assen. La pointe de vitesse est là et je suis persuadé que je pourrai me battre pour le titre, mon objectif prioritaire. »