Après sa cinquième place lors du Rallye de Wallonie, Kevin Demaerschalk et Bram Eelbode espéraient poursuivre sur leur lancée ce week-end à l’occasion du Rallye d’Ypres, l’épreuve la plus prestigieuse du Championnat de Belgique, mais aussi l’une des plus difficiles. Après un début de course très encourageant vendredi, la seconde étape n’a pas souri à l’équipage Citroën Belux.

Sixième épreuve du Belgian Rally Championship, le Rallye d’Ypres possède un statut particulier. Et une renommée dépassant largement les frontières. Cette année, avec plus de trente R5 au départ, la classique du Westhoek accueillait un plateau particulièrement impressionnant grâce notamment à la présence des concurrents du British Rally Championship.

Au terme de la première étape, constituée de huit spéciales, Kevin Demaerschalk et Bram Eelbode rentraient à Ypres à une très belle sixième place du classement général. «Je suis très satisfait de cette première journée de course», confiait le jeune pilote de Hoeilaart. «Nous avons trouvé le bon rythme et le travail réalisé en essais sur le différentiel porte vraiment ses fruits. Notre DS 3 R5 est très efficace sur ces routes toujours très glissantes du Westhoek. Sans la vingtaine de secondes perdues suite à une crevaison au premier passage dans Dikkebus, nous serions encore un peu plus proches de la tête de la course.»

Une course d’endurance

S’il continuait sur sa lancée, Kevin Demaerschalk pouvait légitimement espérer atteindre son objectif sur ce rallye, à savoir un Top 5.  Malheureusement, il était écrit que la réussite n’allait pas être au rendez-vous pour l’équipage Citroën Belux. Après une crevaison, c’était la direction assistée qui faisait des siennes et contraignait le duo de la DS 3 R5 du team J-Motorsport à l’abandon à mi-rallye.

«La crevaison nous a coûté plus de trois minutes», regrettait le pilote. «J’étais à l’attaque. L’arrière a un peu trop glissé et j’ai touché une bordure. Nous nous sommes arrêtés pour changer de roue. Dès cet instant, il ne restait plus qu’à viser l’arrivée. Malheureusement, un problème de direction assistée s’est manifesté. J’avais déjà ressenti un point dur dans la direction et ça s’est aggravé dans la spéciale suivante. À l’assistance, l’équipe a remplacé la pompe, mais le problème n’était pas résolu. Nous étions hors-délai.»

Comme au Spa Rally, Kevin Demaerschalk et Bram Elbode n’ont donc pu rallier l’arrivée. «C’est la déception évidemment qui prédomine car il y avait moyen de repartir d’Ypres avec un beau résultat», reconnaissait Kevin. «Ce sont les aléas du rallye et il faut l’accepter. Même si j’ai le sentiment de rouler trop peu souvent, je retiendrai que nous avions un bon rythme sur ce rallye. Rendez-vous pour la revanche à l’Omloop van Vlaanderen, le quatrième rendez-vous de notre programme.»

Photos BRC