Des sept pilotes recrutés par Peugeot Sport, il est le seul à avoir remporté les 24 Heures du Mans. C’était en 2013, avec Audi. Loïc Duval est dès lors le capitaine naturel de la formation sochalienne pour son programme en Hypercar. Le Chartrain affrontera son employeur sur la piste sarthoise en 2023, lui qui avait trouvé refuge en DTM ces dernières années.

Qu’est-ce qui vous a motivé à rejoindre Peugeot pour son retour en endurance ?

« Depuis 2008, lorsque je suis allé au Mans pour la première fois, je suis devenu un grand fan de cette course et de l’endurance. J’ai eu la chance de rouler avec une Peugeot au Mans en 2010 et 2011. Quand j’ai découvert la nouvelle du retour de Peugeot, j’ai su que c’était quelque chose que je voulais faire avec ce constructeur. »

Au cours de votre carrière avez-vous partagé une anecdote avec l’un de vos équipiers ?

« JEV est celui que je connais le plus. Je me souviens de l’époque où il était encore en F1 et où il vivait en Suisse. Il venait chez moi et nous passions donc beaucoup de temps ensemble. Nous nous entraînions pendant l’hiver à Chamonix. Lorsqu’il court en Formule E, mes enfants crient son nom quand ils le voient à la TV. »

Que représentent pour vous l’endurance et les 24 Heures du Mans ?

« Cela représente tout pour moi. J’ai toujours été un grand fan des sports d’équipe. En monoplace, on n’a jamais le sentiment de pouvoir partager avec ses coéquipiers. L’endurance coche toutes les cases de ce que j’attends du sport auto : l’atmosphère, l’émotion et l’esprit d’équipe. Le Mans est un course incroyable, iconique et impitoyable. »

Si je vous dis 24 Heures du Mans, vous dites ?

« Le graal ! En sport automobile, il y a peu de courses que tout le monde connaît : Monaco en F1, l’Indy 500 mais Le Mans est le top du top. Peut-être parce que je suis français ! Le défi des voitures et des équipes d’atteindre de si grandes vitesses  avec une telle fiabilité est incroyable ! Piloter de nuit et de jour est quelque chose d’extraordinaire. »

Dans l’histoire de Peugeot, quel moment en compétition vous a le plus marqué ?

« Je dois dire que ce n’est peut-être pas le plus positif, mais je me souviens de ma participation au Mans avec la 908 en 2010. Deux heures avant la fin de la course, mes coéquipiers et moi roulions vers notre premier podium et malheureusement, nous avons subi une défaillance technique. Cela m’a vraiment brisé le cœur et a été très difficile à avaler. D’un autre côté, c’est là que tout à commencer. Ensemble, nous avons des affaires à régler au Mans et il est grand temps de gagner cette course ! »

Quelle Peugeot de compétition rêveriez-vous de piloter ?

« La 905 est une magnifique voiture, j’adorerais l’essayer sur le circuit du Mans. Je suis un grand fan des courses historiques comme le Mans Classic. »

Quel est votre plat préféré ?

« C’est la blanquette de veau, mais uniquement celle de ma mère ! »

Quel est le meilleur plat avant une course ?

« Une salade tomate/mozzarella avec un peu de pâtes et du saumon, suivi d’une salade de fruits. Mais juste une petite portion ! »

Quelle est votre principale qualité ?

« Je me remets toujours en question. Quand je fais quelque chose, j’analyse comment je peux mieux le faire. »

M.B avec Com