Histoire Opel Corsa (15.10.2019)

Commercialisée dès 1982, notamment en guise de riposte aux Ford Fiesta et VW Polo lancées quelques années plus tôt, l’Opel Corsa a tenu le rôle de citadine d’Opel jusqu’à l’arrivée de l’Adam, en 2012. Après une évolution normale au gré de 4 générations simplement désignées de « A » à « D », la 5e du nom née en 2014, pourtant annoncée totalement nouvelle, ne le fut pas ; elle se présentait juste comme une adaptation basée sur le modèle sortant. La Corsa « F » (ou 6 !) rectifie le tir avec cette fois une toute nouvelle voiture. (Marc Lacroix)

 

10/1982 : Présentation Corsa « A » (Paris) ; traction au look sympa disponible en 3 et 5 portes/hayon et 4 portes/coffre ; assemblée à Saragosse (Espagne) ; version GSI 1.6-100 ch.

1993 : Corsa « B » ; lignes carrées abandonnées pour plus de rondeurs ; 3 et 5 portes ; apparition de diesel 1.5-67 ch et 1.7-60 ch.

 

10/2000 : Corsa « C » ; lignes carrées abandonnées pour plus de rondeurs ; 3 et 5 portes ; GSi 1.8-125 ch.

10/2003 : Restylage : Premiers diesels CDTi à injection directe par rampe commune (1.3-70 ch et 1.7-100 ch).

 

2006 : Corsa « D »; développée du temps de la coopération avec Fiat, repose sur plateforme commune avec la Grande Punto ; toujours en 3 et 5 portes/hayon.

 

2008 : Première Corsa OPC (Opel performance Center) 1.6-192 ch.

 

2011 : Edition Nürburgring de l’OPC ; puissance portée à 210 ch.

 

2014 : Corsa « E » ; 3 et 5 portes/hayon ; évolution profondément remaniée de la Corsa « D », toujours sur plate-forme de Fiat Grande Punto ; dernière génération de l’ère GM.

 

2015 : OPC 1.6-207 ch (Genève).

 

03/2018 : GSi 1.4 150 ch pour remplacer l’OPC, arrêté en 2017 en raison des normes anti-pollution plus sévères.

 

2019 : Corsa « F » ; première sous l’ère PSA depuis le rachat d’Opel par le groupe français ; plate-forme modulaire CMP de PSA ; uniquement 5 portes ; version Corsa-e électrique .