Thierry Neuville (Hyundai i20 Coupé) occupe la 4e place de l’Arctic Rally, deuxième épreuve du championnat du monde des rallyes WRC vendredi à l’issue de la première journée et deux spéciales, à Rovaniemi au nord de la Finlande. Son équipier chez Hyundai, l’Estonien Ott Tänak, mène la danse grâce à deux temps ‘scratch’.

« Je suis satisfait d’être quatrième », commente Thierry, cité par SPEED Magazine. « Au vu de notre position sur la route, je savais que ça serait difficile. Nous avons fait une belle spéciale mais il manque parfois un peu de rythme entre Martijn et moi. Malgré une crevaison dans le deuxième passage, nous n’avons pas perdu beaucoup de temps. Cela nous donne une assez bonne position sur la route pour demain. En plus de cela, je suis devant du beau monde. Alors… »

L’Irlandais Craig Been (Hyundai) est 2e à 16.2 secondes. Le Finlandais Kalle Rovanpera (Toyota Yaris), 3e à 20.4, complète le podium provisoire. Le pilote belge est 4e à 29.8 de l’Estonien, champion du monde en 2019.

Thierry Neuville et Martijn Wydaeghe avaient déjà signé le 4e chrono de l’ES1, de 31,5 km, la plus longue du rallye à Sarriojärvi, à 12.4 de Tänak qui avait déjà pris la tête de ce seul rallye hivernal disputé sur la neige et la glace.

Le pilote de Monaco était content aussi d’être resté devant Evans (pour 2.2 secondes) et Ogier (pour 10 secondes), les deux Toyota, au général à l’issue de la journée.

« Le deuxième passage s’est bien déroulé, mais j’ai souffert au niveau des pneus », explique Evans, interrogé par SPEED Magazine. « Il fallait absolument rester sur la bonne trajectoire pour éviter de partir à la faute et finir dans un mur de neige. »

Avec le désavantage d’ouvrir la route, le Français Sébastien Ogier (Toyota Yaris) occupait en effet alors la 9e place dans l’ES1 et naviguait aussi en 9e position au général à 49.8 de Tänak vendredi soir.

« Je n’avais aucune adhérence vu qu’il y avait peu de neige sur la route en raison des températures positives », indique le Français, cité par SPEED. « C’est le refrain habituel de la Suède et qui, hélas, gâche tout. »

Avec 144,04 km au programme samedi, se concentre plus de la moitié de l’action avec deux sections dans le sens des aiguilles d’une montre à l’est de Rovaniemi. Les deux boucles composées de Mustalampi, Kaihuavaara et Siikakämä sont séparées d’une assistance lors d’une longue journée de près de quatorze heures.

Dimanche, pour clôturer, Aittajärvi (22,47 km) est empruntée à deux reprises, le deuxième passage accueillant la Power Stage. Les dix secteurs chronométrés auront alors totalisé 251,08 kilomètres.

M.B avec Com